Blog de nanoux

écrit parNanoux

26/10/2022

Premier atelier pour des collégiens

Eh oui, je n’étais encore jamais intervenue dans un collège ! Jusqu’ici mes ateliers d’imagination étaient orientés vers les enfants de grande section au CM2. Il me semblait plus compliqué de focaliser l’attention des collégiens. Il me semblait que les professeurs de français n’avaient pas le temps, n’ayant que quelques heures par semaine avec leur classe. Et puis, finalement… les belles choses arrivent quand on ne s’y attend pas.

Merci Revivre

C’est l’association Revivre qui, ayant entendu parler de mon travail, a pris contact avec moi par le biais de Mme Lacroix. Le projet était si prometteur qu’il m’a tout de suite touchée au cœur et motivée à passer par-dessus mes a priori (toujours idiots les a priori 😉 ). Revivre est une association qui œuvre pour aider les personnes en situation de mal-être. Les écouter, les soutenir et mettre en place des actions pour qu’on en parle. Au collège Pierre Norange de Saint Nazaire, cité éducative, sont accueillis, parmi les élèves au parcours plus classique, des élèves issus de l’immigration, de familles en difficultés. C’est un collège classé prioritaire. Cela permet de mettre en place des actions de sensibilisation envers des enfants qui souffrent de diverses façon.

Un projet ambitieux

Mme Lacroix m’a donc proposé d’intervenir auprès des 4èmes pour imaginer avec eux une histoire sur le thème du mal-être. Evidemment, vous me connaissez, point de mal-être sans résilience ! Il s’agissait donc d’imaginer une situation difficile et de trouver les solutions pour que les personnages revivent 🙂

Nous avons choisi d’inclure l’histoire dans un magazine créé par les jeunes, dans lequel ils ajouteraient un documentaire, des jeux et quelques illustrations.

Ce magazine a pour vocation à être consultable gratuitement sur le site de l’association et dans les médiathèques du secteur.

Une exposition a été mise en place au collège à l’issue du projet

Au travail !?

Au travail oui mais a-t-on vraiment conscience de travailler quand on prend autant de plaisir à le faire ? :):):) J’ai fait ma « rentrée » au collège en 4ème, pas très fière, je l’avoue. La crainte d’un nouveau public à conquérir… Allait-ils être réceptifs ? He bien…. OUI ! Les jeunes ont été tout de suite emballés par le projet mais un peu sur leurs gardes tout de même. En avoir envie oui, mais ils craignaient de ne pas en être capables. Et pourtant, le résultat est là !

Accompagnés par leurs enseignantes et par moi-même, ils ont inventé l’histoire d’Amine, un collégien confronté à la mort soudaine de son grand frère qu’il admirait. Puis à la déchirure du couple de ses parents qui peinent aussi à faire leur deuil. C’est dans la passion du dessin, avec l’amour naissant d’une jeune fille qu’Amine va trouver de quoi s’accrocher. C’est en veillant sur sa petite sœur qu’il trouve sa nouvelle place: celle du grand frère. Et les parents, de leur côté, soutenus par leurs propres parents, retrouvent le chemin de leur famille.

La famille d’Amine vivant au Canada, les enfants ont agrémenté leur magazine d’un documentaire sur ce pays et ses traditions et de jeux sur le même thème. Nous avons ensuite retravaillé le texte avec application, changeant certains mots de vocabulaire tout en veillant à conserver des dialogues crédibles entre jeunes. Puis Mme Lacroix, les enseignantes et moi-même avons pris le relais pour réaliser une maquette contenant également des petits mots de notre part et une courte documentation sur l’association et les réseaux d’aide.

Les enfants sont formidables!

Franchement, j’ai été épatée ! Tous les jeunes ont participé, ont imaginé, se sont investis, immédiatement ou petit à petit. Certains ont même anticipé, dessinant Amine et Juliette avant la fin de l’histoire… Surtout, la finesse de leur raisonnement, de leur analyse psychologique. Ils ont trouvé, seuls mais ensemble, les clés de la résilience de leurs personnages, faisant évoluer leurs relations progressivement, replaçant chacun à sa juste place. Les psychologues de l’association Revivre se sont penchés sur l’histoire et en ont été également admiratifs. Le titre de la nouvelle ? « Un destin mal dessiné ». Intelligent et fin aussi non?

Je garde en moi leurs sourires, leur reconnaissance, surtout, leur fierté d’avoir relever le défi !

Et vous savez quoi ? On recommence en 2023 mais cette fois, on crée un roman !

Vous pouvez lire l’article rédigé sur le site du collège en cliquant ICI et ICI.

Vous aimerez peut- être…

Première Classe découverte !

Première Classe découverte !

C'est dans le cadre somptueux de Saint Pierre Quiberon que j'ai eu la chance de mener un atelier d'imagination...

0 commentaires

preloader